Place du Centre et Dispensaire, les points forts du dernier Conseil

Date de l'évènement: 
Jeudi, 17 Décembre, 2015

Jeudi 17 décembre (2015), le maire, Gérard Le Caër, avait convié les élus municipaux pour le dernier conseil de 2015. À l'ordre du jour, la convention d'assistance à la maîtrise d'ouvrage pour le programme de voirie 2016 – elle sera unanimement renouvelée ...

... avec Alain Samson en qualité d'Assistant à la Maîtrise d'Ouvrage et une participation versée par chaque membre du groupement, c'est à dire les communes du Pays de Bégard, à hauteur de 2.5% des montants HT des travaux – l'acquisition d'un chemin privé au hameau de Ker Riwalan pour effectuer la jonction de la route de Trézélan par Pont-Niou, la cession d'une partie d'un chemin communal rue de Kerverzhiou au profit de Gilbert Le Houérou, la cession d'un talus communal Hent Park Al Lern au couple Hubert Le Luyer et deux autres points : la demande de financement pour l'aménagement de la Place du Centre et l'acquisition du dispensaire, sis au 1 de la rue du Dispensaire.

Place du centre – Début des travaux en 2016

A priori, ce point n'appelait pas à débat. Il s'agissait en effet d'autoriser le maire à solliciter des concours financiers pour soutenir le projet d'aménagement de la Place du Centre, au titre du contrat de partenariat Région/Pays de Guingamp et du programme LEADER(1). L'enveloppe globale de ce projet qui devrait démarrer en 2016 et se poursuivre sur 2017 est de 886.213,60€ttc et les contributions attendues sont de 50.000€ pour LEADER, 177.242,72€ de la part de l'État via la DETR(2), 88.621.36€ avec le contrat de partenariat cité supra, 150.000€ de la part du Département et un autofinancement, "qui ne peut pas être inférieur 30%" rappelle le maire, à hauteur de 420.349,52€. "Le projet d'aménagement de la Place du Centre répond aux critères d'architecture du contrat de partenariat en favorisant l'accessibilité et l'attractivité économique du Pays de Guingamp pour un territoire durable" expose Gérard Le Caër. De même, il rappelle que les enjeux autour desquels tourne le projet et notamment : "faire des territoires ruraux des pôles équilibrés d'activité et de vie" sont les enjeux pris en considération par le programme européen LEADER.

BAGA est interpellé !

"Effectivement, on ne peut pas être contre la demande de subvention, intervient Chantal Rouzioux, la chef de file de la minorité BAGA(3), mais ceci dit, on est toujours sollicité pour des demandes, mais jamais pour des projets. On aimerait bien aussi participer à la réflexion et on est très peu associé à cette réflexion (…) On aimerait par ailleurs que l'on délibère sur le projet, le plan de financement et le calendrier. Moi… le projet, je veux bien qu'il se résume en un foncier maitrisé, un aménagement facile d'accès, un projet pour tous, quoique 'pour tous', je ne suis pas sûre, parce que la population n'est pas associée… bref ! Cela nous interpelle". Le Maire ne comprend pas bien ce qui interpelle la minorité, "car il y a eu des commissions, une réunion publique et il y aura une réunion de la population concernée, dans le strict périmètre défini de la place, comme on l'a fait pour la rue Saint-Nicolas dernièrement". "Il y a donc peu d'intérêt à dire tout cela !", ajoute-t-il à l'adresse de BAGA, puis il refait un historique, documents en main : "la première réunion sur le sujet a eu lieu en 2010… cinq réunions de la commission en 2010… plus une réunion publique… Deux réunions en 2011… en 2013, travaux d'aménagement du centre-ville, discussion/présentation autour du projet d'aménagement de la Place du Centre… Présentation en 2014 de l'avant-projet de la Place du Centre et présentation définitive du projet d'aménagement de la Place du Centre… Sans faire trop de comptes, on a dépassé la douzaine de réunions !". L'élue de BAGA doutant toujours néanmoins, le maire conclut : "Dix-neuf réunions de commission depuis 2010… Certes, je veux bien que sur les dix-neuf, on n'en ait pas parlé à chaque fois, mais quand même ! Bref ! On va arrêter là…. Ce n'est pas la peine de pousser le bouchon…". [Vote] Tous comptes faits, le plan de financement proposé et l'autorisation de solliciter les aides évoquées sont votés à l'unanimité.

Acquisition de la maison de services, rue du Dispensaire

L'autre point important de ce Conseil, c'est l'acquisition de la Maison de Services, autrement appelée le Dispensaire qui est mis en vente par l'Œuvre d'Hygiène Sociale (OHS) qui a recentré son activité vers le handicap avec une nouvelle appellation : « Objectif Handicap Solidarité » et qui, de fait, met en vente la quasi-totalité de son parc immobilier. Le dispensaire accueillait différentes permanences comme la médecine préventive du Centre de Gestion des Côtes d'Armor, la Protection Maternelle et Infantile du Conseil Départemental, des assistantes sociales…

Initialement estimé par les France Domaines à 130.000€ en 2014, mais considérant qu'il est nécessaire de conserver ces services de proximité dans le respect des valeurs de ruralité et de solidarité, l'OHS propose de céder le bâtiment à la commune pour un montant de 75.000€.

"Ils laissent tout le mobilier, photocopieur et le reste et aujourd'hui, il faut adopter le principe de l'acquisition, l'idée étant que dès le 4 janvier, il y ait continuité des services" résume le maire. "Dans le même temps, commente Noël Bernard, comment ne pas se souvenir que ce bâtiment, qui a été inauguré par le sénateur Le Marié (?) un peu après la guerre, était un bâtiment du Conseil Général, lequel avait déjà vocation à s'occuper d'actions sociales. Comment est-il passé ensuite aux mains d'une association ??? Toujours est-il qu'on s'aperçoit qu'au fil des raisonnements, c'est encore les communes ou les communautés de Communes de base qui héritent du bébé et de l'eau du bain alors qu'à ma connaissance, c'est toujours le Conseil Général qui a la compétence en matière sociale. Bien évidemment, je suis d'accord ; On n'a même pas le choix, il faut le faire mais au bout du compte, on voit le raisonnement politique qui est toujours le même : c'est toujours ceux qui sont en bout de chaine qui assument des responsabilités qui ne sont pas leurs responsabilités au départ". "Je suis d'accord avec Noël Bernard, conclut le maire, on rattrape à notre niveau des choses qui ne devraient pas être à notre niveau. C'est une charge de plus, mais c'est un service de proximité et sans étrangler les associations, il nous faudra le booster en terme de location". [Vote] A l'unanimité, le principe de l'acquisition est adopté et le maire remerciera les élus de leur "bon sens… dans l'air du temps"

--------------------------------------------------------

(1) LEADER : Liaison Entre Action de Développement de l'Économie Rurale - (2)DETR : Dotation d'Équipement des Territoires Ruraux – (3) BAGA : Bégard A Gauche Autrement

Partagez cet article