Conseil Municipal (1/2) – Le maire s'oppose, dénonce, constate et exige…

Date de l'évènement: 
Jeudi, 12 Mai, 2016

Jeudi 12 mai (2016), Gérard Le Caër, le maire de Bégard, a présidé un Conseil Municipal dont la principale délibération fut de voter la motion contre la fermeture de la trésorerie de Bégard et "pour la sauvegarde des services de proximité" feront ajouter ...

... les élus de BAGA(1). Après avoir résumé les contenus de la déclaration faite le 7 avril dernier par Stéphane Halbique, le Directeur Départemental des Finances Publiques (NDLR : Voir article détaillé ICI), le maire s'est élevé contre cette décision "brutale" de fermeture de la trésorerie et plus globalement contre "le dépeçage du service public", rappelant le récent rachat du dispensaire (NDLR : Voir article ICI), le récent combat pour ne pas perdre de classe lors de la dernière rentrée, "le moment chaud par rapport à la Poste… et ça revient ! La Poste est sur la sellette…" et annonçant la disparition programmée de l'une des deux sous-préfectures de Lannion et de Guingamp et la fermeture d'une partie des services d'accueil des enfants en difficulté à l'hôpital de Trestel. "J'ai honte pour le gouvernement qui fait cela, déclare-t-il, car cela vient de là. Stéphane Halbique m'a dit qu'il obéissait aux ordres du ministre du budget". Pour Gérard Le Caër, ce sont des économies de bouts de chandelles, considérant par ailleurs les milliards d'évasion fiscale vers les paradis fiscaux et les fraudes.

S'oppose, dénonce, constate et exige…

Par la motion proposée aux votes des Conseillers Municipaux, le maire entend s'opposer à la fermeture de la trésorerie "qui a largement sa place sur le territoire et démontre au quotidien l'importance de son existence", dénonce de façon plus générale la manière dont est traité le monde rural, "progressivement dépecé et vidé des services de proximité dont il a le besoin vital", constate "qu'il y a possibilité de récupérer autrement des masses d'argent bien plus conséquentes (fuites et évasions fiscales) plutôt que d'affaiblir une fois de plus le service public dans les territoires ruraux", exige "l'abandon immédiat de ce projet néfaste pour les élus et les agents des collectivités concernées mais aussi pour la population en général et les personnes âgées notamment", exige "le maintien des services publics de proximité dans le nouveau périmètre intercommunal à venir" et exige encore "le maintien de l'effectif de cinq agents au Centre des Finances Publiques de Bégard". Il faut rappeler qu'actuellement, le centre des finances de Bégard assure le suivi et l'exécution de 93 budgets pour le compte de quinze communes, deux EPCI(2), deux EHPAD(3) et trois syndicats.

Le maire a alerté les parlementaires et écrit au ministre Michel Sapin mais sans réponses pour l'instant. "Je propose donc qu'on rentre en résistance contre ce mauvais projet… un de plus". Pour Chantal Rouzioux, "il faut aller au-delà de la résistance et bien entendu, on est avec vous pour cette action". "J'attends encore deux semaines pour avoir des réponses, poursuit le maire, et après, je propose qu'on mette le feu". Manifestations, blocage du centre départemental des impôts de Saint-Brieuc, occupation des rues, activation des médias…, "ça va faire du bruit ! On va passer à la télé !" promet Gérard Le Caër. Intervenant à son tour, le premier adjoint, président de l'intercommunalité du Pays de Bégard, Vincent Clec'h déclare que lors d'un récent entretien, le préfet a annoncé le jumelage de la préfecture de Guingamp avec celle de Lannion, avec un seul sous-préfet sur ces deux territoires. "Cela commence comme cela, mais s'il n'y a plus de sous-préfecture, pourquoi avoir une caserne de gendarmes ? Et le préfet l'a dit, il compte n'avoir qu'une perception par intercommunalité". Ce qui est en totale contradiction avec les termes de Stéphane Halbique qui avait déclaré le 7 avril dernier, "n'avoir dans ses projets, ni moi, ni le Préfet, la constitution d'un réseau des finances publiques calé sur le nombre d'intercommunalités". A qui se fier !?

"À tous les niveaux, on assiste au détricotage de l'action publique. On veut faire de grands ensembles, de grandes intercommunalités, on fait fusionner les communes entre elles, on fusionne les EHPAD(2)ajoute Cinderella Bernard en qualité de Conseillère Départementale ; C'est une profonde régression sociale ; Le service public en place est issu des luttes menées par nos élus, dans l'intérêt d'être au plus proche des problématiques des gens et là, on s'en éloigne. On va droit dans le mur et on est très peu, beaucoup trop peu à oser dire non, à oser dire qu'on ne veut pas de leurs réformes, qu'on veut maintenir le service public de proximité, et pourtant, on est beaucoup à le penser". C'est le coup de gueule de l'élue communiste qui ajoute : "Il faut agir ensemble, quelles que soient nos sensibilités. On ne peut pas isoler plus encore les personnes âgées, les personnes les plus démunies ; On est en train de créer une société dont je ne veux pas pour mes enfants plus tard !".

"C'est inadmissible, surtout quand on sait le pognon qui part ailleurs !" conclut le maire qui promet des actions d'ici la mi-juin. La motion [vote] est votée à l'unanimité, comme le sera [vote] celle dénonçant le transfert de cinq places du centre de rééducation pédiatrique de Trestel vers le centre Héliomarin de Plérin, impliquant l'arrêt de la prise en charge d'au moins dix enfants à Trestel. "Ces enfants souffrent de troubles durables. Une prise en charge adaptée est indispensable pour leur permettre de développer une stratégie de compensation et améliorer leur autonomie" dit la motion lue par Marie-Louise Daniel, l'adjointe aux affaires sociales.

-----------------------------------------------------------------------------------------

(1) Bégard A Gauche Autrement. Les cinq élus de BAGA forment la minorité du Conseil Municipal - (2) Établissement Public de Coopération Intercommunale – (3) Établissement d'Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes

Partagez cet article