La CJS se dissout… et dix sous…

Date de l'évènement: 
Mardi, 23 Août, 2016

Mardi 23 août (2016), un peu plus de six semaines après sa constitution, "YES" (Yaouank Entreprise Service), la coopérative Jeunesse de Services, se dissout. En présence du sous-préfet Frédéric Lavigne, de Gaby Cadiou, conseillère régionale, en charge de la jeunesse et des sports et membre ...

... de la Commission Culture et Vie Associative, du vice-président départemental en charge des sports, de la jeunesse et des associations, Gérard Blégean, et des élus municipaux, le jeune président Renan revient sur la constitution de la CJS, son fonctionnement et les actions menées durant ces six semaines de fonctionnement : "Durant ces deux mois, il y a eu un total de onze chantiers qui ont généré 2.850€ de chiffres d'Affaires, auxquels il faut ajouter 170€ d'autofinancement pour le lavage de voitures". Après paiement des charges, chaque coopérant a reçu un salaire moyen de 120€.

Mais plus que les sous, ce que retiennent principalement les treize jeunes impliqués qui furent guidés par les animateurs Lucile Vaïde et Simon Lips, c'est l'expérience acquise. "Pas facile d'être dans le même bateau" ont-ils illustré dans une synthèse graphique qui utilisait la métaphore du bateau de pirates. Il leur a fallu "apprendre le fonctionnement du bateau, apprendre à naviguer et c'est parfois difficile". Ils conviennent avoir acquis différentes compétences et valeurs - "arriver au travail efficace", "arriver à l'heure au travail", "savoir travailler en équipe", "savoir faire des devis, des flyers", "être autonome" – et "il a fallu se salir les mains", les chantiers étant allés du ménage - Office de Tourisme, entretien du cimetière de Loc-Envel, archivage à la Communauté de Communes, lavage de voitures – en passant par de l'aide informatique à Trézélan et des présences au marché de Bégard. Parmi les mots forts qu'ils retiennent de leur expérience figurent "solidarité", "rencontre", "travail", "entraide", "persévérance", "partage", "démocratie", "entreprise".

"Je pense que cette expérience est une ouverture sur la vie qui va vous permettre de vous intégrer plus facilement plus tard dans la vie active, déclare Arlette Offret, l'adjointe au maire de Bégard. Cette forme d'éducation populaire est un vecteur très important pour le vivre ensemble et plus particulièrement dans le monde agité dans lequel nous sommes". Réjane Guiguen, la directrice de la M.J.C confirme que l'expérience de CJS sera reconduite l'an prochain ; La Conseillère Régionale, Gabrielle Cadiou, félicite à son tour les jeunes : "Vous avez bien compris le fonctionnement démocratique d'une entreprise et ce n'est pas tant les 120€ que vous avez en poche qui sont importants mais plus le grand pas que vous avez fait vers la citoyenneté" et pour conclure, Frédéric Lavigne le sous-préfet qui rappelle la genèse des CJS – "un concept venu du Canada" - déclare : "il y a des jeunes qui s'engagent et vous en faites partie […] ; Et nous avons besoin de vous !".

Pour ces treize jeunes de Bégard, Pédernec, Squiffiec, Trégonneau, Coatascorn, c'est désormais la rentrée ; S'ils n'ont pas atteint la limite d'âge (18 ans), ils sont partants pour l'an prochain… du moins pour certains… "Ça nous a apporté beaucoup de choses" avoue la jeune Anna, en charge du comité "Ressources humaines".

Partagez cet article