GP3A/SMICTOM – Combien coûtent ou rapportent nos déchets ?

Date de l'évènement: 
Mardi, 24 Octobre, 2017

Mardi 24 octobre (2017) – En cette période de paiement de la Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères, alias TEOM, parlons du SMICTOM(1) qui a tenu un conseil syndical, présidé par Cinderella Bernard, ce mardi 24 octobre. Après la présentation du nouveau directeur, Benoit Danieau, ...

... (NDLR : Voir Le SMICTOM du Ménez-Bré – Benoit Danieau prend la direction), un bilan a été tiré des tonnages 2017, mesurés jusqu'à fin août/septembre. En matière d'ordures ménagères, sur les neuf premiers mois de l'année, 1.789 tonnes ont été collectées. Ce n'est pas révolutionnaire mais c'est quand même 6 tonnes de plus comparé à la même période 2016. Sachant que la tonne collectée coûte 99€, c'est dire combien il est important de bien trier, ce qui ne semble, hélas, pas le cas : "On retrouve toujours la même problématique dans les ordures ménagères, c'est cette fâcheuse manie de mettre du verre dans les ordures ménagères" dit la présidente. Pourtant, la collecte du verre est de 2 tonnes supérieure à celle de 2016 mesurée sur les neuf premiers mois de l'année : 544 tonnes vendues 11€/T. Sur ce sujet, Benoit Danieau informe les délégués d'une expérimentation en cours auprès des brasseries bretonnes – "et elles sont nombreuses" – sur la remise en place de la consigne ; "C'est un peu plus compliqué pour les bouteilles de vin car les producteurs sont assez loin, et à partir de 100km, ce n'est plus rentable de consigner… En revanche, pour la bière, ça l'est !". Concernant la collecte sélective, elle a diminué de 2 tonnes par rapport à 2016 (9 premiers mois). De janvier à septembre, 859 tonnes ont été collectées et le coût varie de 52€ à 94€ la tonne selon la qualité des collectes : "Le prix est établi lors de la qualification au SMITRED(2), explique Cinderella Bernard ; Il va prendre un échantillon et en le regardant, il va évaluer s'il s'agit de bon tri ou de mauvais tri et côter selon le résultat ; D’où l'importance pour nous que chacun trie au mieux afin d'avoir les prix moindres, sachant qu'en août, on a connu le taux de refus maximum – 36%, pour 10% habituellement – ce qui veut dire un coût à 94€". "Si on a eu 36% de refus au mois d'août, précise Benoit Danieau, c'est que dans l'échantillon, il y avait un sac noir ; Quelqu'un a mis un sac noir dans son bac jaune et systématiquement, au centre de tri, un sac noir, c'est refus ! I y a aussi pas mal de biodéchets et de verre dans les bacs jaunes". Néanmoins, il rappelle qu'hormis ces incidents, "on est quand même de « bons élèves » sur l'année ; On tourne sur une moyenne de 10% de refus, ce qui est pas mal !". Sur les 8 premiers mois de l'année, 7 tonnes de cartons ont été collectées en plus, pour un total de 119T, vendues 65€/T. Les biodéchets, dont le traitement coûte 63€/T, sont en augmentation de 8T (168T sur les 9 premiers mois de l'année) tandis que les encombrants, qui coûtent 113€/T font un jump de 24T avec 339T collectées de janvier à août 2017. "Les encombrant nous coûtent très chers, dit la présidente qui rappelle qu'une information avait été passée l'an passé (NDLR : Voir  Campagne sur les encombrants non encombrants… ), "pour indiquer que les petits encombrants pouvaient rester dans nos bacs ménagers afin de ne pas augmenter nos volumes". "Nos agents ont été sensibilisés sur ce point, ajoute-t-elle, mais il y a, à compter de demain, quelque chose qui va nous aider : le SMITRED va venir collecter chez nous les matelas. Ils seront donc collectés à part, ce qui va réduire notre coût d'encombrants". Les déchets verts, dont le coût de collecte est de 60,60€/T, sont eux aussi en forte augmentation – plus 166 tonnes pour un total collecté de 1.733T. En revanche, le bois – coût de 90€/T – est en diminution, tandis que le prix de la ferraille est remonté à 75€/T pour 45€/T à un moment, ce qui fait dire à Cinderella Bernard : "S'il vous plait, faites-vous le relai, auprès de vos écoles, pour leur dire que la ferraille doit rester à la déchèterie. C'est important pour nous et je sais bien que ça l'est aussi pour eux qui recherchent des subventions, mais, en tant qu'ancienne présidente de l'école laïque, il y a plein d'actions qui peuvent être menées sans aller sur des déchets comme ceux-là qui sont importants pour nos recettes. Derrière, il y a des emplois, et de plus, s'il n'y a plus de recette pour nous, le seul levier qui nous reste, c'est la taxe ; Il faut que tout le monde joue le jeu ! La ferraille, c'est notre boulot !".

Augmentation du prix des composteurs

A compter du 1er novembre, le coût des composteurs a augmenté : le 300 litres est passé à 15€, pour 10€ auparavant, et le 600 litres est à 20€ pour 15€ avant.

Finances

En section de fonctionnement, une dépense supplémentaire de 20.000€ est votée par l'ensemble des délégués. Elle est destinée à couvrir des augmentations attendues en matière de carburants, de vêtements de travail, de traitement des déchets, d'entretien du matériel roulant et de cotisations URSSAF et ASSEDIC. Cette dépense est équilibrée par une recette alimentée par les remboursements sur salaires consécutifs à des arrêt de travail, par des ventes de produits de déchèterie et par une participation supplémentaire (+10.000€) des Communautés de Communes adhérentes, LTC(3) et GP3A(4).

En revanche, aucun produit n'est attendu par la production de miel des abeilles de la déchèterie ! Mais, elles n'auront pas travaillé pour rien : cela a été l'occasion de faire plaisir à chacun des délégués qui avaient un petit pot devant eux à la table du conseil syndical. Il est excellent… Nous y avons gouté !

-------------------------------------------------------------------

Notes : (1) SMICTOM : Syndicat Mixte Intercommunal de Collecte et de Traitement des Ordures Ménagères – (2) SMITRED : Syndicat MIxte pour le Tri, le Recyclage et l'Elimination des Déchets – (3) LTC : Lannion Trégor Communauté – (4) GP3A : Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération

Partagez cet article