Bégard – EHPAD – Personnels en colère face aux miettes distribuées par l'Etat

Date de l'évènement: 
Mardi, 30 Janvier, 2018

Mardi 30 Janvier (2018), comme partout sur le territoire, comme partout sur le département, comme partout en France, les personnels de l'EHPAD de Bégard, mais aussi des élus communaux et quelques résidents, ont manifesté leur mécontentement face à la dégradation inéluctable des ...

... services rendus aux résidents des EHPAD du fait d'un manque cruel de moyens.

Jean-Claude Dauphin, le directeur de Kreiz Ker, affilié à la Fédération Nationale des Associations de Directeurs d'Etablissements et services pour Personnes Agées, alias FNADEPA, a rappelé, dans une courte intervention, le pourquoi de cette colère : "Pourquoi nous nous mobilisons ? Parce que nous voyons de plus en plus une dégradation dans les services que nous voulons apporter à nos résidents malgré nos efforts. Nous nous apercevons que chaque année, il est de plus en plus difficile de les accompagner au quotidien". Il cite quelques chiffres : "En moyenne, nous avons chaque année des recettes qui augmentent à hauteur de 1%". Ce qui correspond au pourcentage d'augmentation des loyers. "C'est beaucoup pour les résidents par rapport à leurs pensions, poursuit Jean-Claude Dauphin, et quand ils ne peuvent pas solder leur facture, ce sont les enfants qui doivent participer et parfois le Département". Parallèlement, dit-il les dépenses augmentent à hauteur de 3%. "C'est un décalage de 2%", reformule le Directeur qui précise : "Bien sûr, les dépenses supplémentaires sont liées à la revalorisation des salaires mais qui est bien minable, médiocre, par rapport à l'investissement des professionnels". Il rappelle qu'en sus de ces revalorisations, les charges patronales qui sont en augmentation, que demain, le gaz augmente de 1,4% et que de nouvelles contraintes règlementaires obligent à avoir de plus en plus de dépenses de maintenance.

"Et il y a aussi une vraie injustice, ajoute Jean-Claude Dauphin, et je suis surpris que dans ce pays, aucune association de consommateurs ne s'en soit faite l'écho". Il évoque alors le "grand décalage" entre l'aide apportée à domicile – "qui devient de plus en plus compliquée" - et l'aide apportée dans les EHPAD :  "Quelqu'un qui est lourdement dépendant bénéficie d'un plan d'aide de 1000€/mois pour un suivi au domicile ; C'est bien insuffisant, mais dans nos Etablissements, il n'est plus de 1000€ pour cette même personne :  Si elle intègre demain la résidence, nous ne percevrons que 500€ pour pouvoir l'accompagner !".

En qualité d'adhérent de la FNADEPA, il se joint à toutes les associations qui essayent de mettre en œuvre un service de qualité, "et si possible un service public bien évidemment, car j'y suis très attaché ; Qu'on nous donne les moyens de bien travailler ; C'est notre métier, on le fait, on a envie de continuer à le faire, mais s'il vous plait, donnez-nous les moyens de le faire"… autrement que par le saupoudrage de 50 millions d'Euros décidé par Agnès Buzyn, la ministre de la santé, sous-entend le directeur de l'EHPAD : "Cinquante millions, cela représente pour notre établissement 4.000€ supplémentaires pour l'année et au 1er février, dans ces 4.000€, il y en a déjà 2.000 qui vont partir pour régler les dépenses supplémentaires de gaz". CQFD !

Partagez cet article