Java dans les bois - Une première soirée humide... mais très suivie

Date de l'évènement: 
Vendredi, 23 Août, 2013

Vendredi 24 août (2013), il est 20h10 et le parking de la Java dans les bois est déjà bien rempli. "Pour ce premier jour, le vendredi, je suis surpris du monde qu'il y a" nous confiera plus tard dans la soirée, le président de Gwallspered, Nicolas Galli. Au parking, nombre de bénévoles, à pied, à cheval ou en VTT aident...

... aimablement les festivaliers à se garer. Tous ont le tutu rose et les vététistes et cavaliers en tutu rose sur leurs montures, c'est du plus bel effet! La java commence au parking… Yes! Une "boutique" de savons "naturels, fait maison, à l'huile d'olive" s'est installée. Cela devrait servir aux festivaliers, mais pour l'eau, ce n'est pas gagné! En sortant du parking, après la première barrière, sur la gauche, c'est Décathlon. Enfin, presque! C'est le dépôt de la marque Quechua : c'est le camping réservé aux festivaliers. Vu la taille de certaines tentes, elles ne vont abriter que les fringues et la tête de ceux qui les mettent. Pour le reste, il leur faudra espérer qu'il ne pleuve pas. La température est relativement douce, mais le ciel est chargé. De nuages.

En suivant un cheminement bordé de hautes barrières métalliques, c'est l'arrivée au bois de Gwerun. Là, des tutus roses, posés comme des corolles autour des troncs, ont transformé les arbres en champignons accueillants. Ensuite la caisse, l'entrée, tampon pour une journée, bracelets gris ou rose pour les pass 2 ou 3 jours. "Degemer mat – SVP, pas de verres, pas de chiens, pas de cons" annonce un panneau. Nous nous hasardons à une plaisanterie : "Bon, ben… on va repartir!". "Comme beaucoup nous font la même réflexion, nous dit un membre de Gwallspered, on en accepte quelques-uns". Passées les toilettes sèches animées (et oui, elles étaient animées, les toilettes!), c'est la clairière décorée aux couleurs de l'année : dominante rose. Au centre, la tente blanche de la régie et en bordure de la clairière désormais appelée "Espace Le Brizaut" (cf. article ICI), c'est une succession de bars à thème, la caisse – "des billets contre des jetons" - une boutique qui donne les affiches de la Java 2013. En prolongement de la clairière, un nouvel espace a été réservé à la restauration. Ce nouvel espace permet de ne plus encombrer la clairière et offre, nous l'avons constaté, un repli pour un peu de calme, loin des deux murs d'enceintes placés de chaque côté de la scène, même si ce calme reste tout relatif. Dans les arbres, côté cour, une plateforme est utilisée par un DJ pendant les intermèdes et côté jardin, par un graffeur. Le premier graff réalisé en direct pendant cette première soirée sera en souvenir de Koulman Gaubichet, membre de Gwallspered, disparu en début d'année.

Au programme de la soirée, un premier groupe : The Way of life. Ils sont dix sur scène : cuivres, batterie, clavier, guitares, basse et chant. Ils sont de Rennes. Ils ont offert un concert très funky… et humide. Mais avec son déhanché et sa voix soul, Maëva, la chanteuse du groupe, a fait monter la température dans la clairière, mettant à mal les intentions d'une pluie malveillante qui s'est invitée à la fête (extrait vidéo ICI). Après un premier interset animé par DJ Fred, c'est au tour de The Red Goes Black, pour qui c'était la dernière date de l'été. Issus de la scène rock de Douarnenez, Enzo, le guitariste et chanteur du groupe et ses trois copains musiciens ont offert un rock teinté de blues et de soul (extrait vidéo ICI). Enfin, vers minuit et demi, c'est au tour de KickBlast. "Johnny est moooort" slamme Goulven Le Gall dit Bonbec qui forme le groupe avec Arnaud Herry alias James Digger (extrait vidéo ICI). A noter que Goulven Le Gall n'est pas inconnu dans l'univers Bégarrois puisqu'il a dirigé des ateliers d'écriture, à la Fondation du Bon Sauveur notamment, et qu'il a animé le premier "Palabres au Palacret" (cf. article ICI).

À 1h30, nous faisons l'impasse sur la prestation d'Arnaud Labbé dit "DJ Labo". Désolé pour lui, mais trempée (pas prévu le kway), en débardeur (pas prévu le pull) et frigorifiée, la rédaction de BVo lève le camp. On va se sècher et faire reposer les oreilles. Retour au parking. Tout est super bien éclairé! Nous avions prévu la frontale (ça oui!) mais c'est en vain! À demain… et bravo encore.

Il ne pleut plus.

Cliquez l'image ci-dessous pour ouvrir la galerie: 
Partagez cet article