Pédernec – Une première pour faire des économies : le groupage inaugural !

Date de l'évènement: 
Samedi, 28 Octobre, 2017

Samedi 28 octobre (2017), Jean-Paul Le Goff, le maire de la commune, a initié une nouvelle manière de faire des économies : le groupement d'inaugurations ! Ou le groupage inaugural ! Un seul lot d'invitations, un seul cocktail, une seule promenade dans le bourg… et pour peu ...

... qu'il fasse beau, c'est autant de risques de pluie, de grêle, de neige, de froid en moins pour chacune des inaugurations si elles étaient traitées séparément ! Et il a fait beau ce samedi ! Ce samedi où, plus sérieusement, le maire a procédé à l'inauguration de la chaufferie bois, du square Park Ar Vugale et de la rue du Ménez-Bré en présence du sous-préfet Frédéric Lavigne, de Yannick Kerlogot, le député de la circonscription, de Mona Bras, la Conseillère Régionale, de Cinderella Bernard, la Conseillère Départementale, des adjoints et membres du conseil municipal, des représentants des maitres d'œuvre - le Cabinet Géomat pour la rue du Ménez-Bré, l'Agence Buys Energie Environnement et Houssais architecture pour la chaufferie bois - ainsi que des représentants des entreprises qui ont participé à ces réalisations, dont Pascal Le Bihan – pour la chaufferie - Pédernecois et dirigeant de l'entreprise Le Bihan à Bégard.

"Chaque inauguration est un moment important dans nos communes rurales car elle est souvent la conclusion d'années de réflexion et de nombreux mois de travaux, a dit le maire ; Elle est aussi témoin de la vitalité locale pour offrir des services supplémentaires à nos populations en attente".

La chaufferie bois

Inspirée par les conseils prodigués dans le cadre d'Eco Gener, un service proposé par le Pays de Guingamp, la chaufferie bois est l'un des éléments, le plus important certes, d'une série de travaux qui ont été réalisés dans les écoles pour maîtriser l'énergie, comme le changement des fenêtres, l'abaissement et l'isolation des plafonds et la régulation du chauffage sur l'ensemble du bâtiment scolaire de maternelle. Sachant, d'une part, que les deux chaudières fuel des sites scolaires devaient être remplacées à court terme et que d'autre part, "la commune doit prendre en charge l'élagage de bois sur les talus bordant les voies communales et que les produits de ces coupes étaient perdus après avoir été entassés sur des délaissées ou le long des talus", le maire explique qu'en prenant exemple sur des communes limitrophes qui ont adopté un plan de gestion du bocage avec broyage du bois afin de générer des plaquettes, "Jean-Louis Tanvez, l'adjoint aux bâtiments et la commission Bâtiments Communaux, ont lancé une réflexion sur l'opportunité d'une chaufferie bois".

Le résultat, c'est une chaufferie bois toute neuve, dotée de technologies de communications pour être pilotée à distance, qui vient réchauffer désormais les 2.000m2 des bâtiments scolaires qui ont consommé, de 2011 à 2014, une moyenne de 229MWh/an. "Outre les économies d'énergie, expose Jean-Paul Le Goff, ce projet conduit à diminuer de 74 tonnes par an, le CO2 dégagé ; Le retour sur investissement est prévu sur 10 ans". Le coût total de la construction s'élève à 284.324€ht, cofinancé par la Région et l'Adème, via le plan Bois énergie Bretagne (43.550€), l'Europe avec Iti-Feder (47.980€), le Département avec 20.296€ au titre du Contrat de Territoire et la réserve parlementaire d'Annie Le Houérou (8.000€), la députée de la circonscription en ce temps. L'autofinancement de la commune a donc été de 164.498€ et la chaudière est opérationnelle depuis trois semaines. Le maire clôture ce point en remerciant Jean-Louis Tanvez, "qui, pour réaliser ces économies d'énergie, a, pour sa part, dépensé beaucoup de la sienne dans la mise en œuvre de ce projet" et Gildas Le Roux, "pour la mise en place du plan de gestion du bocage".

Square Park Ar Vugalé

Park Ar Vugalé (NDLR : Parc des enfants à priori !?), c'est l'aire de jeux située sur l'espace paysager se trouvant derrière l'église. Il est le résultat de souhaits "des jeunes mères de famille et des nourrices de voir créer un espace de convivialité et de détente destiné aux enfants" rappelle l'édile. Sur un sol amortissant "pour éviter les bosses", deux structures de jeux ont été installées. La première est réservée aux enfants de 3-7 ans et la seconde, aux enfants de 6-12 ans. Elles ont été fournies et installées par l'entreprise Qualicité. Les enrobés sont à mettre sur le compte de Colas et l'entreprise Arzur a effectué les travaux sur le mur d'enceinte. Le coût total est de 46.328€. Après la subvention du Département (29.832€ au titre du Contrat de Territoire) et celle du CCAS (7.033€), la part de la commune est de 9.463€. "A notre grande satisfaction, nous observons la fréquentation du lieu qui nous montre que le besoin était réel et attendu" conclut Jean-Paul Le Goff, avant d'entrainer l'aréopage des élus vers la rue du Ménez-Bré.

La rue du Ménez-Bré, un chantier de longue haleine

Différés du fait des travaux de la résidence des Salaisons "où les constructions d'Armorique Habitat avaient pris quelques retards", les travaux de la rue du Ménez-Bré ont débuté le 23 août 2016, par la reprise de tous les réseaux d'assainissement, d'eau potable et d'eau pluviale, ainsi que l'effacement des réseaux électriques, d'éclairage public et téléphoniques (NDLR : A remarquer sur la photo ci-contre, l'absence de fils aériens!). Des impératifs d'accès ont dû être mis en place, et le maire remercie les habitants "de leur compréhension". C'est Eurovia qui a réalisé les travaux de voirie-terrassement, eaux usées et eaux pluviales, pour un montant de 252.049€ht. Le Syndicat du Jaudy a financé la réfection du réseau d'eau potable confiée à la CISE sous maîtrise d'œuvre de Safege. L'effacement des réseaux électriques et d'éclairage a été réalisé par Bouygues Energie & Services sous maîtrise d'œuvre du SDE (Syndicat Départemental de l'Energie). Le coût total de cette réalisation est de 354.385€ht, "avec une prise en charge du revêtement de la voie par le Conseil Départemental à hauteur de 29.553€". Le montant des subventions au titre de la DETR devrait être de 51.781€ et via le contrat de territoire, la subvention Départementale a été de 40.140€. Les amendes de police ont apporté 7.784€. L'auto financement communal est donc de 225.385€.

"Le déroulement des travaux ne fut pas simple, déclare Jean-Paul Le Goff, mais avec beaucoup d'information et d'écoute auprès des riverains, le chantier s'est bien passé et je tiens à remercier l'ensemble des riverains et des usagers pour la compréhension dont ils ont fait preuve durant cette période. Tous les désagréments sont aujourd'hui oubliés et j'espère que le résultat est à la hauteur de votre patience".

Les conclusions…

Cinderella Bernard s'est dite "contente de représenter le Département en la circonstance, qui est intervenu sur chacun des trois projets, via le contrat de territoire" puis d'ajouter : "on est toujours sensible de voir de tels projets se mener dans nos communes rurales, On montre qu'on est en capacité de mener des projets tout aussi innovants que dans les zones plus urbaines et qu'il fait bon vivre en milieu rural, à Pédernec et dans toutes les communes du Canton qui en compte vingt-trois".

Pour Mona Bras, "au-delà du fait que la Région a participé aux financements que vous avez réalisés, c'est un vrai plaisir de voir des élus de proximité, très investis dans les missions que les habitants de leur commune leur ont confiées ; Cela vient redorer l'image de l'élu, un peu abimée par les médias et quelques affaires montées en épingle".  "Quand on voit toutes les réalisons faites, réfléchies, réalisées pour le bien-être de la population, poursuit-elle, on se dit que c'est l'action publique qui retrouve toute sa noblesse. Ce que vous avez fait, ça ne marquera pas le Guinness des records, mais cela va marquer la vie quotidienne de chacun et apporter du bien-être à tout le monde, voire attirer de nouveaux habitants".

Le député Yannick Kerlogot qui prend la parole ensuite évoque le développement durable dans lequel s'inscrit le projet de chaufferie bois de la commune, et en félicite le maire, tandis que le sous-préfet Frédéric Lavigne a qui revient le soin de conclure, voit "au fil du temps les élus prendre en main l'avenir de leur territoire, par le biais de projets communaux tels que vous les avez portés, ou par le biais de l'intercommunalité". Pour lui, en faisant référence à la technique high-tech mise en place à Pédernec en matière de pilotage de la chaufferie, "il y a là une dynamique qui n'est pas l'apanage du secteur urbain" puis de conclure par une citation du philosophe français Henri Bergson : "L'avenir ne sera pas ce qui va arriver mais ce que nous allons faire".

Partagez cet article