Java dans les bois – Deuxième jour … que la fête continue!

Date de l'évènement: 
Samedi, 24 Août, 2013

Samedi 24 août (2013) – Pour la deuxième soirée de Java dans les bois (la première est racontée ICI), c'est à 19h que nous arrivons. C'est toujours la java ...

... dès le parking : bénévoles aimables en tutus roses, à pied, à cheval ou en VTT. La pluie de la veille a rafraîchi l'atmosphère mais cela n'a pas arrêté les festivaliers : nous nous garons encore plus loin que la veille et le camping s'est étendu dans un autre champ en face du premier. L'air est frais, mais il est lourd… lourd des tambours de N'Bolomba. Nous sommes en retard! Bonjours à droite, à gauche, photos à gauche, à droite et c'est la clairière, l'espace Le Brizaut. Près de la régie, les percussions de N'Bolomba font danser les spectateurs. Pas de décor, pas de mise en scène, c'est du spectacle de rue en toute décontraction (extrait vidéo ICI).

Sur scène, à 20h, c'est le groupe Into The Moon qui démarre la soirée.  Savant mélange de musiques d'inspiration rock et folk et d'un courant d'airs venant d'Europe centrale, et d'Orient (Extrait Vidéo ICI). Leander Lyons, le sympathique chanteur guitariste, accompagné de Mirabelle Gilis au violon (excellente!) et de quelques autres musiciens ont chauffé le public avec un rock à forte connotation gypsys. Pendant le concert, Leander et Mirabelle ne manqueront pas de remercier le festivalier qui leur a servi de guide pour rejoindre le bois de Gwerun.

A l'interset, du haut de son arbre, c'est Le Gros, qui comme son nom ne l'indique pas est une gentille demoiselle, qui interprète des titres du répertoire (plutôt classique) français, accompagnée de son accordéon. Le temps de prendre une bière – bio – 2 jetons soit 2€ - et c'est l'entrée sur scène des british Pressure Tenants. Avant d'entrer en scène, Conrad Stobbs nous fait cadeau de son profil (voir la galerie). Classe! Il est 21h30, la clairière est bien occupée et le rocksteady des Pressure Tenants fait bouger les pieds et le reste (extrait vidéo ICI). Très jolie prestation.

Puis, à 23h15, la clairière est pleine. Il y a eu une arrivée massive de festivaliers. La fin du match Guingamp – Lorient y serait-elle pour quelque chose? C'est alors au tour d'Azadlab. De loin le style musical le plus original de la soirée (extrait vidéo ICI). Du hip hop, mais pas que, encapsulé dans des sons venus d'ailleurs, d'Afrique, d'Europe Centrale et mis en décor, genre laboratoire métallique et fumant, fait de bric et de broc. La mise en scène dans laquelle, à un moment, le trombone veut se faire plus fort que Massa, le chanteur, a réjoui le public et Rodent, le trombone, est aussi excellent au chant. C'est propre, ça remue la poussière, même les crocodiles ont aimé, du moins celui, de plage, balancé par les spectateurs et qui dut, à force d'aller-retour entre l'avant-scène et le public, être gentiment dégonflé par la sécurité de Gwallspered.

Bien chauffé par Azadlab, ce fut ensuite le délire derrière les barrières avec le son ENORME de The Octopus. Du rock, dur, puissant avec des morceaux qui se succèdent sans laisser le temps de respirer (extrait vidéo ICI). Le lendemain, il se disait que certains Bégarrois habitant à plus de 2km, entendaient la musique. Les Gwallspered sont venus en renfort à l'avant-scène. C'était un peu chaud et là encore, les bénévoles en charge de la sécurité ont fait la démonstration de leur expérience en régulant, avec diplomatie, les ardeurs de quelques-uns. Il est 2h30. Nous ne restons pas pour Loo & Placido… Désolé, mais nous n'avons plus d'oreilles. Nous rentrons les poser sur l'oreiller…

Coup de chapeau à nouveau aux Gwallspered. Sur son blog, Azadlab a écrit : "Nous sortons de scène heureux et lessivés. L’alchimie était là. Nous remercions vivement toute l’équipe du festival, un ovni parmi les ovnis, organisé au millimètre, et sans sécurité privée de sécurité. A la Gwallspered, ça rigole pas!".

Troisième journée la semaine prochaine.

Cliquez l'image ci-dessous pour ouvrir la galerie: 
Partagez cet article