Vincent Clec'h se voit remettre les clefs du Pays de Bégard

Date de l'évènement: 
Jeudi, 17 Avril, 2014

Le jeudi 17 avril (2014) s'est tenu le premier Conseil communautaire de la mandature 2014-2020. C'est Jean Ribaut, en qualité d'ancien président, qui est en charge d'installer le Conseil. Après avoir ...

... fait l'appel de chacun des élus communautaires, tous présents pour la circonstance (NDLR : ils sont au nombre de 28), et leur avoir souhaité "bonne chance et bonne réussite dans vos projets", il demande à Noël Bernard, "doyen de l'assemblée et par ailleurs président fondateur de la Communauté de Communes", de mettre en place le protocole d'élection du nouveau président.

"Nous allons remercier notre ancien Président, déclare Noël Bernard, et avant de procéder au vote du nouveau président, juste trois mots… ça ne va pas durer longtemps : Je n'ai pas été… nous avons été à l'origine de la création, du SIVOM tout d'abord et de la Communauté de Communes ensuite. Nous l'avons surtout fait avec la volonté de faire des choses ensemble, pour qu'elles soient bénéfiques aux uns et aux autres, pour que les gens de notre communauté se retrouvent un peu mieux chez nous, dans le cadre des évolutions économiques, politiques et sociales". Puis de conclure : Le vœu que j'exprime pour les nouveaux élus qui vont avoir en charge l'administration de notre canton, c'est simplement celui-là : continuer à faire de bonnes choses ensemble et d'avoir cette volonté d'être là pour faire aboutir des projets destinés au bien-être de tous".

L'appel à candidature pour le poste de président est fait, et c'est sans autre candidature concurrente que le maire de Bégard propose la candidature de son premier adjoint communal : Vincent Clec'h. Le plus jeune de l'assemblée, Fabien Razavet, est à nouveau mis à contribution pour assister le déroulement du vote. L'isoloir installé en salle du Conseil ne servira pas, le vote se fait à table; C'est l'urne qui circule, pas les votants.

Une intercommunalité au service de la population et des communes

Après avoir été élu par 25 voix "pour" (3 bulletins blancs), le nouveau président de la Communauté de Commune remercie les élus de la confiance qu'ils lui accordent. "J'ai parfaitement conscience de la tâche qui va m'incomber, déclare-t-il. Si je me suis présenté à la présidence de cette instance, c'est d'abord parce que je suis motivé pour assumer ces responsabilités qui sont pour moi très importantes. C'est également parce que je crois en l'intercommunalité pour la coopération dans notre territoire, pour défendre nos valeurs de proximité, de solidarité et de ruralité - je sais combien vous y attachez de l'importance - et aussi parce que je pense que l'on a un projet de Territoire à bâtir tous ensemble, basé sur un aménagement du territoire équilibré et sur le développement des services à la population". Il dit ensuite vouloir mener une intercommunalité au service des communes et de la population et non pas une intercommunalité à la place des communes, "et, ça, c'est vraiment important !" ponctue-t-il.

Le bureau communautaire est composé de 11 membres

Sa première proposition est de faire voter le nombre de vice-présidents. "Le nombre de vice-présidents est régi par la loi", explique-t-il. Il est de 20% des effectifs mais avec l'accord à la majorité des deux-tiers, il peut être porté à 30%, "donc 6 puisque l'on est 28", sans dépasser 8".  Par 26 bulletins "pour", ils seront au nombre de six malgré les deux abstentions des représentants de Trégonneau. Avant d'en proposer les noms, Vincent Clec'h explique sa "philosophie" : "L'enjeu de la gouvernance ne doit pas être territorial. Il s'agit de trouver des hommes et des femmes qui souhaitent travailler ensemble et rassembler autour d'eux pour un projet. Dans le cadre d'un consensus entre les communes et notamment les maires, nous souhaitons que le Président soit entouré d'une équipe de vice-présidents qui se verront déléguer une fonction avec des responsabilités précises et effectives. J'insiste sur le mot "effectives". C'est pourquoi je souhaite ne pas reconduire de façon systématique le principe d'avant qui consistait à donner une vice-présidence à chaque maire. Ce qui ne veut pas dire qu'un maire qui souhaite s'investir dans une action communautaire ne puisse pas être vice-président. Pour les maires qui ne seront pas vice-présidents, je leur propose d'être membres du bureau afin qu'ils soient actifs dans l'action communautaire et qu'ils soient également un relais indispensable pour l'information de leurs conseils municipaux".

Successivement seront proposés et élus, comme premier vice-président, le maire de Squiffiec, Yvon Le Moigne (23 votes "pour" et 5 bulletins blancs), puis Hervé Rannou, conseiller délégué aux sports de Pédernec (22 "pour" et 6 blancs), Annie Le Gall nouvellement élue maire de Saint-Laurent (23 "pour" et 5 blancs), Hervé Le Gall, conseiller délégué aux travaux-voirie-réseau à Bégard (22 "pour" et 6 blancs), Valentina Piron, conseillère municipale de Bégard et Sébastien Tondereau, nouvellement élu maire de Landébaëron (22 "pour" et 6 blancs").

À l'issue de son élection, Yvon Le Moigne a exposé les raisons pour lesquelles il s'engage activement dans la vie communautaire : "Quatre raisons expliquent cet engagement : la première, c'est que dans un mouvement électoral qui a modifié les structures de notre canton, j'aimerais assurer la continuité. En effet, nous ne sommes plus que trois maires sur les sept anciens. La deuxième, c'est de mettre au service du bien public, notre expérience qui date de quelques années; La troisième est motivée par un équilibre géographique au sein de la Communauté de Communes et enfin, une raison à laquelle j'ai toujours été sensible : mettre en avant le principe du pluralisme". Il aura en conclusion, "une pensée pour ceux qui ont travaillé dans l'intérêt collectif et qui ne sont plus avec nous, pour des raisons personnelles ou démocratiques".

Hervé Rannou, quant à lui, a exprimé "sa joie de travailler avec le 1er vice-président", Annie Le Gall "découvre la Communauté de Communes" et pense "qu'il y a beaucoup de travail" et va donc "s'atteler à la tâche", Hervé Le Gall avait à cœur de se représenter car, en tant que vice-président sortant, en charge du tourisme, il avait "des projets en cours" et souhaite "les mener à terme". (NDLR : Valentina Piron et Sébastien Tondereau ont aussi déclaré quelque chose, mais ce fût totalement inaudible pour la table de presse).

Comme expliqué dans son exposé "philosophique", le Président Clec'h désire que le bureau communautaire soit complété des quatre maires non désignés vice-présidents: Gérard Le Caër pour Bégard, Jean-Paul Le Goff pour Pédernec, Marie-Yannick Prigent nouvellement élue pour Kermoroc'h et Jean-Luc Picaud nouvellement élu pour Trégonneau. Il demande si le vote peut se faire pour les quatre en une seule fois et Jean-Luc Picaud confirme en plaisantant : "C'est moins glorieux que un par un, mais par quatre ça peut le faire aussi à mon avis". Et ça le fera puisque les quatre membres proposés seront élus membres du bureau communautaire par 26 votes "pour" et 2 abstentions. Il reste alors à désigner le secrétaire du bureau et Jean-Luc Picaud propose de s'y coller. Ce sera accepté par les élus, ce qui fera dire au nouveau secrétaire du bureau communautaire, toujours avec humour : "Le vote n'ayant pas été glorieux, je propose de ne pas faire de discours".

(NDLR : En pièce jointe ICI, consultez l'ensemble des élus communautaires avec l'indication de la constitution du bureau. Ce document est par ailleurs accessible en permanence depuis l'item intitulé "2014-2020 Les élus de la CdC" dans la rubrique "Pratique …")

À l'unanimité, le président du Pays de Bégard reçoit les délégations du Conseil Communautaire, conformément au Code Général des Collectivités Territoriales.

L'Indemnisation globale des élus : 92% du maxi autorisé

Le dernier point de ce premier Conseil Communautaire de la mandature 2014-2020 se rapporte à la fixation des indemnités des élus. Vincent Clec'h explique alors : "Le président sortant avait 75% de l'indemnité maximale, soit 30.94% de l'indice 1015 (NDLR : indice 1015 = 3.801,47€ brut au 1er juillet 2010). Trois vice-présidents étaient à 12.38% soit 470,62€ et les quatre autres 8.25% soit 313.63€". Il propose que l'enveloppe reste constante, c’est-à-dire de maintenir l'indemnité du président au taux de 30,94% de l'indice et de proposer un taux à 11,68% pour les 6 vice-présidents, "sans distinction, ils ont tous des responsabilités" ajoute-t-il. L'indemnité du Président serait donc de 1.176.10€ bruts et celle de chacun des vice-présidents de 443.91€ bruts. Avant que cette proposition ne soit votée, Chantal Rouzioux, conseillère municipale de la minorité sur Bégard "souhaiterait qu'une indemnité soit versée à chaque membre du Conseil Communautaire". "Cela a été vérifié auprès des services de la Préfecture, lui répond le président. Même les conseillers délégués, car on peut aussi nommer des conseillers délégués au sein de la Communauté de Communes, ne peuvent pas avoir d'indemnité. La Loi ne le permet pas. Cela aurait été une bonne idée, car c'est une forme de reconnaissance, mais ce n'est pas permis". "Le secrétaire non plus ?" continue de s'amuser Jean-Luc Picaud. Les indemnités proposées seront votées avec 24 votes "pour" et 4 abstentions et c'est sur cette dernière délibération que le Président Vincent Clec'h lèvera la séance.

►► (Au fil du temps) ►► les débats du précédent conseil communautaire (12 février 2014) sont ICI (débat d'orientation Budgétaire) et ICI (délibérations complémentaires)

Partagez cet article