Bégard – Ecoles - Retour à la semaine de 4 jours, sans BAGA

Date de l'évènement: 
Jeudi, 8 Février, 2018

Jeudi 08 Février (2018), après l'élection du nouveau maire [NDLR : Voir La succession de Gérard Le Caër assurée en toute sérénité), il était urgent de statuer sur le retour - ou non - à la semaine de 4 jours pour les écoles publiques de la commune. Il faut se souvenir que par application du décret 2013-77 du 24 janvier 2013, il avait ...

... été fait obligation aux communes d'instaurer de nouveaux rythmes scolaires, sur quatre jours et demi, ce qui fut fait sur Bégard à la rentrée 2014. L'objectif annoncé était de permettre aux enfants de mieux apprendre en favorisant les apprentissages fondamentaux le matin et en instaurant, l'après-midi, des Temps d'Activités Périscolaires communément nommés « TAP » par la suite.

Message à la population…

Mais avant d'aborder ce point, Cinderella Bernard, adjointe aux affaires scolaires - devenue 1ère ajointe consécutivement à la disparition de Gérard Le Caër et à la nomination de Vincent Clec'h comme maire jusqu'à la fin du présent mandat - a tenu à exprimer sa vision des choses et à renforcer l'engagement pris par le nouveau maire : "Je veux assurer à la population que nous saurons maintenir ensemble le cap que nous nous étions fixé avec Gérard, car c'est l'idée de l'union de la gauche telle que les communistes l'expriment depuis 35 ans, dans cette commune et même au-delà. Il s'agit pour nous de poursuivre ce qui avait été engagé avec nos convictions et d'assurer que nous saurons être à l'écoute des uns et des autres. Vous pourrez compter sur nous, sur toute l'équipe, pour continuer ensemble à rendre le meilleur service possible".

Elle tient par ailleurs à donner lecture d'un mail reçu adressé par Jean-Philippe Deschamps, ancien inspecteur de l'éducation Nationale de la circonscription Guingamp Nord en 2016 et 2017 et qui rend hommage au maire défunt : « Nous avions pu collaborer tout au long de l'année avec M. le Maire et son équipe pour le développement des réalisations scolaires. Il témoignait chaque jour de son intérêt pour l'éducation des enfants et des jeunes […] Bien que je sois maintenant en mission au Mali, je n'ai pas oublié tout le plaisir que j'avais à rencontrer les équipes enseignantes dans leurs écoles dont ils étaient fiers. Tout était fait pour le bien-être des élèves, des enseignants et des parents, pour une école d'excellence. M. le Maire avait su instaurer au sein de son équipe une ambiance de convivialité, d'efficacité qui nous a permis d'avancer sur les dossiers sensibles ».

Sans doute, pour la première adjointe, une façon de dire combien tout sera fait pour que cette école d'excellence perdure.

Alors… Retour à 4 jours ?

Pour aborder le sujet de la délibération en cours – le retour à la semaine de quatre jours - elle salue tout d'abord "l'excellent travail qui a été réalisé par toutes les équipes d'animation, les bénévoles, les animateurs extérieurs, les agents communaux. Elle loue la capacité qu'a eu le service enfance à s'adapter à cette réforme qui a été très complexe dans sa mise en œuvre". Elle souligne que Bégard a la plus grosse école de la circonscription de Guingamp Nord et que "cela a nécessité une organisation très lourde".

Pour décider de ce retour à la semaine à 4 jours - comme cela a été décidé sur Pédernec, Squiffiec/Trégonneau et Saint-Laurent/Kermoroc'h/Landébaëron - l'avis des enseignants et de l'équipe du service enfance a été recueilli. Par ailleurs, un questionnaire a été distribué aux parents. Sur 460 parents sollicités, 359 se sont exprimés et 86% d'entre eux ont répondu favorablement pour un retour à 4 jours. Les trois conseils d'école sont eux aussi, et unanimement, favorables à un retour à 4 jours.

Pour ce qui est des horaires, les débuts et les fins de journées sont similaires pour l'école maternelle et les écoles élémentaires de Bégard centre (Baloré) ; Le temps d'enseignement sera de 08h45 à 16h30 avec un décalage pour le midi : les maternelles finiraient à 11h45 et reprendraient à 13h30. Les élémentaires finiraient à 12h00 et reprendraient à 13h45. "L'idée que nous avons est de mettre en place un double service sur la pause méridienne, explique Cinderella Bernard ; C'est un besoin ; Nous avons le midi 240 enfants qui mangent en même temps".

Pour l'école de Trézélan, le temps d'enseignement serait de 08h45 à 16h15 avec une pause méridienne de 12h00 à 13h30. Un quart d'heure de pause méridienne de moins que pour Baloré, "à la demande des enseignants, afin que la pause méridienne ne soit pas trop longue", précise la 1ère adjointe qui ajoute : "En revanche, pour qu'il n'y ait pas de concurrence entre les écoles de Baloré et Trézélan, nous proposons qu'il y ait un temps de transition de 16h15 à 16h30".

Autrement, à Trézélan comme à Baloré, la récupération des petits se fera au plus tôt à 16h30.

BAGA s'abstient… une fois encore !

Chantal Rouzioux, la chef de file de l'opposition BAGA – « Bégard A Gauche Autrement » - annonce que son groupe s'abstiendra. Elle demande à qui profite la semaine de 4 jours ? "A la mairie ? Aux enseignants ? Aux enfants ?". "Ce qui ressort au travers des questionnaires, c'est la fatigabilité des enfants sur 4 jours et demi" lui répond Cinderella Bernard. "Et cette fatigue est liée à quoi, poursuit l'élue de l'opposition ; A la levée du matin ? A un transport de plus en plus long ? A la longueur de la journée ? On ne s'est jamais posé véritablement la question au niveau des enfants. Quel est l'impact sur les enfants et notamment sur les situations d'apprentissages. On sait très bien que la faculté d'apprentissage des enfants n'est pas toute la journée et qu'elle est plus importante le matin que l'après-midi". Pour elle, en repassant sur une semaine 4 jours, il y aura 144 journées de 6 heures. Sur quatre jours et demi, ce seront 170 journées moins importantes, "donc des possibilités d'apprentissage pour les enfants nettement plus importantes" [NDLR : Pour rappel, en février 2014, l'élue était favorable à la suppression de la réforme. Cf. Réforme des rythmes scolaires – suspension demandée].

Selon elle, si l'on annonce dans les questionnaires que les activités périscolaires ne seront pas forcément gratuites – comme elles l'ont été jusqu'ici – "la réaction des parents, c'est de préférer la semaine à 4 jours !". Elle regrette par ailleurs n'avoir jamais eu, de la part de la commune, un compte rendu réel du coût de la mise en œuvre de la réforme… "à savoir, il y a eu des recrutements, il y a eu des subventions de l'Etat, aujourd'hui, quel est le delta pour la collectivité ?" et de poursuivre : "Pour les enseignants, une journée en moins, on peut le comprendre, c'est des avantages, des acquis sociaux…  Mais pense-t'on aux enfants ?".

Si l'on pourrait déduire par ces propos, que l'élue de l'opposition sous-entend que ce retour à quatre jours est "piloté" par l'équipe municipale (?), ce qu'elle veut défendre en fait, comme elle l'avait déjà défendu lors du débat d'orientation budgétaire mis en lien supra, c'est que derrière, on ne pose jamais la question de la fatigue des enfants par rapport à la surcharge des classes : "Quand on voit 25, 30 gamins dans une classe, je suppose qu'en fin de journée, il y a un taux de sonorité dans la classe qui fatigue et jamais on ne remet cela en question". Pour elle le combat est ailleurs : "C'est là-dessus qu'il faut se battre… L'Education Nationale nous renvoie la balle… au lieu de faire son boulot".

Bien entendu, ce point de vue est partagé par l'ensemble des élus… "mais ce n'est pas la question qui est débattue aujourd'hui", rappelle Cinderella Bernard ; On a fait une concertation, il en ressort que dans l'intérêt de l'enfant, il faille revenir à 4 jours".  Elle reconnait que les TAPs ont été un enrichissement pour les enfants, aussi pour profiter des acquis des agents communaux, qui ont été formés du fait de la réforme, elle propose des temps d'animation lors de la pause méridienne. Elle aimerait par ailleurs que le projet pédagogique soit plus construit sur les temps d'accueil périscolaires et pas seulement sur les temps d'enseignement.

Le retour à la semaine de 4 jours est unanimement voté [vote] par la majorité. Comme déjà dit, BAGA s'abstient.

Le maire, Vincent Clec'h juge que cette décision réintroduit une équité entre l'école publique et l'école privée. En effet, les écoles privées n'avaient pas obligation d'appliquer la réforme, et contrairement à Notre-Dame de Lorette à Pédernec, l'école Anne Leroy avait choisi de rester sur quatre jours. Il fait remarquer enfin l'étendue de l'horaire d'accueil : de 6h45 à 19h30 pour l'école de Baloré, "avec des tarifs très bas". "J'espère que ce ne sont pas les mêmes enfants qui sont là à 6h45 et à 19h30" conclut-il.

Partagez cet article